4- Portraits de héros LECTURES CURSIVES Aventures maritimes Exposé : Exemple 2015

Sa Majesté des mouches William GOLDING (1953) Sujet n°3 Évolution d’un personnage

Sa majesté des mouches The Lord of the flies
L’histoire se déroule au XXe siècle sur une île montagneuse déserte, au milieu d’un océan, suite à un crash d’avion avec à son bord un groupe d’écoliers anglais âgés d’environ 6 à 12 ans.

Evolution d’un personnage : Ralph

C’est le premier personnage qui apparait dans le roman.  Ralph est un écolier anglais d’un peu plus de 12 ans.

Au début du roman, Ralph est un personnage candide, drôle, charismatique et optimiste : il prend le temps de jouer dans la mer, fait le poirier et a un âge et un physique avantageux qui inspirent confiance. Il pense qu’ils seront sauvés rapidement.

ll est élu chef par les autres enfants du groupe car il est rassurant et va en assumer les fonctions en instaurant des règles et une discipline, même s’il n’a pas au fond de lui l’âme d’un chef car il n’est pas autoritaire : « Ralph s’agita, agacé. L’ennui quand on était chef, c’est qu’il fallait réfléchir, prendre de sages décisions. Et puis on laissait passer l’occasion de sorte qu’après il fallait prendre n’importe quelle décision » p. 110.

Il devient ami avec Porcinet, un petit gros à lunettes, réfléchi et plein de bon sens, qui  l’accompagne dans l’aventure, le conseille et le rassure.

Sa position de chef est ensite remise en cause par Jack Meridew, autre adolescent, chef de la maîtrise, autoritaire, agressif et très jaloux que Ralph soit chef. Bien qu’amis au début du roman, ils deviennent les pires ennemis à la fin du livre.

Une première altercation a lieu entre Ralph et Jack quand le groupe de Jack laisse mourir le feu, leur faisant manquer une occasion de  marquer leur position alors qu’un bateau passe au large. Jack fait ses excuses mais en profite pour mettre en avant qu’il chasse et donne à manger à la tribu : « deux mondes s’affrontaient : celui de la chasse, avec ses tactiques, son exaltation farouche, son adresse ; celui de l’attente et du bon sens confondu. » p. 96.

L’auteur souligne à plusieurs reprises l’ambivalence des sentiments de Ralph à l’égard de Jack, il est tiraillé entre le bien et le mal mais la raison l’emporte toujours : « lls échangèrent un regard déconcerté, à la fois violemment attirés et repoussés l’un par l’autre » p. 75 ; « Ralph les regardait avec un sentiment de rancune mêlée d’envie » p. 101

La scission a lieu quand Jack traite Ralph de trouillard et demande un nouveau vote pour élire le chef. Perdant, il quitte le groupe et il est rejoint par presque tous les enfants, car Jack promet à manger et protection contre le monstre.

L’assassinat de Simon fait naitre un nouveau sentiment chez Ralph, même s’il ne l’avoue pas : la peur. Il prend conscience que toute trace de civilisation disparaît, que le groupe de Jack est passé à un état sauvage.

On pense qu’il fait parfois la politique de l’autruche, parce qu’il n’est pas intervenu, mais il s’en veut de ne pas avoir pu faire quelque chose parce qu’il est raisonnable et il a peur: « Personne n’avait revu la tache de naissance lie de vin… Ralph admit tacitement qu’il se rappelait l’inavouable et fit un signe de tête à Porcinet » p. 121 ou à propos de l’assassinat de Simon il finit par dire « Le dis pas à Erik et Sam….Moi aussi, marmonna Ralph. Moi aussi j’étais en dehors. » p. 224.

Mais Ralph a toujours espoir d’être sauvé grâce au feu, il est profondément optimiste depuis le début. Dans une dernière tentative de conciliation avec le groupe de Jack, Porcinet est tué et les jumeaux kidnappés.

Ralph finit seul et traqué, encore une fois il n’ose pas croire à l’impensable « Non. Ils ne sont quand même pas comme ça. C’était un accident ! »p. 258 jusqu’à réaliser que sa raison a fait de lui un paria « Tout ça parce que j’étais un peu raisonnable.»p. 260. Eric et Sam lui font remarquer à juste titre « Ne cherche pas la logique. Ça n’existe plus… ».

En tentant de tuer Ralph, Jack met le feu à l’ile, un bateau les voit et débarque pour les sauver. En pleurs, Ralph est profondément traumatisé et marqué par « la fin de l’innocence, la noirceur du cœur humain » p.280

Le livre est fondé sur l’évolution de deux personnages qui sont en fin de compte en opposition dans deux clans :  « les démocrates » menés par Ralph prônant la discussion, la rationalité, la réflexion avec Porcinet, Simon, les jumeaux  et le « régime totalitaire » de Jack (violence, pouvoir, humiliation et soumission) qu’on pourrait rapprocher du nazisme qui a marqué Golding pendant la 2e guerre mondiale alors qu’il était dans la Marine britannique.

Travail d’une élève de 4eA 2015-2016

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.