4- PS THEÂTRE MUSSET Les Caprices de Marianne (1833) Évaluation de fin de séquence Acte II, scène 1 Questions

Acte II, scène 1 (à partir de l’entrée de Marianne) « Est-il une statue plus froide… » (voir le NB en fin de copie)
MUSSET juliette_binoche_enfants_siecle

1. Une joute verbale

1. Quel est le ton de Marianne dans sa première réplique (« Quel dommage… l’aimer ») ? Justifier votre réponse en citant une classe grammaticale et un type de phrase. (2 points)

2. A. Dans sa deuxième réplique : « Qui pourrait ne pas réussir avec un ambassadeur tel que vous ? » Quel est le MODE employé et quelle est ici sa valeur ? (1 point)

 

B. Dans sa deuxième réplique : « … puisqu’il lui fallait un interprète… » Quelle est la relation logique introduite par ce connecteur ? Et comment s’appelle une proposition introduite par ce connecteur (sa nature) ? (2 points)

 

C. Quelle est l’intention de Marianne vis-à-vis d’Octave dans cette réplique (la fonction de la réplique) ? (1 point)

 

3. Quand Octave dit : « Nous ne vous craignons plus », Qu’est-ce que le pronom sujet a de particulier ? (1 pt)

 

4. Quand Marianne dit « que cet amour n’était encore qu’un pauvre enfant à la mamelle », quelle figure de style emploie-t-elle, sachant que cette figure se poursuit avec « une sage nourrice » et « laissé tomber la tête la première » ? (1 point)

__________________________________________________

5. Octave répond sur le même ton « vous êtes comme les roses du Bengale, Marianne, sans épines et sans parfum ». Quelle est la figure de style qu’il utilise ? Et en quoi cette figure est-elle particulièrement cruelle pour la jeune femme, que veut-elle dire exactement ? (2 points)

 

6. Dans la réplique de Marianne : « Bien dit. » Quelle est cette forme de phrase ? Et pourquoi Marianne l’utilise-t-elle ? (1 point)


7. Dans la même réplique : « Donnez-le-moi, de grâce, que je les apprenne à ma perruche » Quels sont les MODES des deux verbes, et quelle est la valeur de « donnez-le-moi » ? (2 points)

 

2. Deux conceptions de la femme

8. Pour Octave, quelle est la qualité essentielle d’une femme ? (1 point) En expliquant rapidement le mythe de Pygmalion et Galathée, vous montrerez que cette qualité n’est pas un compliment superficiel, mais une caractéristique presque divine. (1 point).

__________________________________________________

9. La réplique de Marianne « Mon cher cousin… » :

A. comment appelle-t-on cette longue réplique ? (1 point) Que signifie le fait que ce soit Marianne qui parle le plus dans cette scène ? (1 point)

__________________________________________________

__________________________________________________

B. « Il est décrété par le sort… » Quelle est la forme de cette phrase ? Pourquoi cette forme est-elle utile pour montrer la situation des femmes au XIXe s. ? (2 points)

__________________________________________________

__________________________________________________

C. « Voyez… Pesez… » Quel est le MODE employé et quelle est sa valeur ? (2 points)

__________________________________________________

__________________________________________________

D. Quel est le type de phrases qui domine dans la fin de la réplique ? Qu’est-ce Marianne veut faire en les utilisant ? (2 points)

__________________________________________________

__________________________________________________

E. « Ne va-t-on pas la déchirer à belles dents ? » Quelle est la classe grammaticale du pronom sujet ? Et quel est l’intérêt de l’employer ici ? (2 points)

__________________________________________________

__________________________________________________

10. L’argumentation de Marianne dans cette longue réplique :

A. Quelle est l’opinion de Marianne, que dit-elle de la vie / liberté des femmes ? (1 point)

__________________________________________________

B. Quel est l’exemple précis qu’elle donne ? (recopier le passage) (1 point)

__________________________________________________

11. Quand Marianne poursuit : « N’est-ce pas une chose bien ridicule… jurée ?» Exprime-t-elle dans cette phrase ce qu’elle pense d’elle-même ? (1 point)

__________________________________________________

12. Dans la suite de cette réplique, si « la fierté d’un cœur » et « sa fleur chérie » sont des images pour l’amour sensible d’une jeune femme, comment expliquez-vous qu’elle souhaite qu’il « soit baigné de larmes » ? (1 point)

__________________________________________________

13. Dans sa dernière réplique « Qu’est-ce après tout qu’une femme ?… » En quoi les comparaisons négatives que Marianne imagine (la coupe que l’on jette…) sont-elles particulièrement bien choisies pour toucher, ou vexer, Octave ? (1 point)

__________________________________________________

14. Octave, seul. Comment appelle-t-on cette réplique prononcée seul en scène ? (1 point) Quelle est ici sa fonction ? (1 point)

__________________________________________________

15. « Tra, tra, poum, poum… » Quelle est la classe grammaticale de ces mots ? (1 point) Pourquoi Octave en est-il réduit à imiter des sons de musique ? (1 point)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.