3- PS ROMAN XXe J. STEINBECK Des Souris et des hommes (1937) « Suppose que t’aies personne » DTB Réponses (1) (2013)

Crooks et Lennie

1. Deux monologues… (10 points)
1. Quel est le thème de la première réplique de Crooks ? Qu’est-il en train de faire ? (« J’suis pas un Nègre du Sud... »). (1 pt)
Le thème de cette première réplique de Crooks, dans le dialogue qui se tient entre Jennie et le palefrenier noir, est l’histoire de Crooks lui-même, son enfance, sa famille; Crooks dresse en quelques mots un rapide portrait social de lui-même.

2. Dans cette première réplique, quels sont les éléments d’information qui permettent de caractériser rapidement le personnage ? (Penser au domaine social et au domaine psychologique) (2 points)
Dans ce passage, on apprend que la famille de Crooks est une famille d’éleveurs, donc assez aisée. La famille est propriétaire d’un grand terrain pour l’agriculture ou l’élevage (volaille). La famille est aussi bien vue du voisinage « Les gosses des blancs venaient jouer chez nous, et il y en avait qui étaient assez gentils »., bien intégrée dans cette partie de la Californie. C’est le père lui-même qui reste sur ses gardes, méfiant, même devant la sympathie. Crooks lui-même a donc eu des amis chez les enfants des blancs, et il a reçu certainement l’éducation d’un enfant américain de la classe moyenne. (On remarque des livres dans sa chambre.)

3. Pourquoi ces éléments sont-ils importants pour bien comprendre et apprécier la suite de la scène ? (1 pt)
Ces éléments sont importants pour comprendre la suite de la scène, car Crooks va devenir extrêmement dur avec Lennie. Si on interprète cette dureté comme de la méchanceté pure, bête, celle d’une personne « raciste », renfermée sur elle-même, on se trompe. Crooks est, à la suite de son accident, devenu un déclassé, un homme méprisé, ce qui est différent. Il a les moyens d’analyser et de comprendre ; ce que montre cette première réplique.

4. Pendant toute la première partie de la scène (jusqu’à « Il s’arrêta ») Lennie parle peu. Pourquoi ? Expliquez ce qui le préoccupe dans l’immédiat, et à moyen terme. (2 points)
Lennie ne parle pas, et écoute à peine, car il est préoccupé par deux choses : d’abord, il attend avec impatience le moment où il aura un chiot, car il éprouve toujours ce besoin physique de caresser un animal doux, tendre… Ensuite l’absence de George le préoccupe car il est seul ; et il sait qu’il manque de capacité à gérer sa vie seul. Sans George, des « bêtises » sont possibles. Il est comme un enfant qui seul, un temps abandonné…

5. Analyse de l’attitude de Crooks par rapport à Lennie dans la réplique « On peut te parler…pas un mot » :
– Donner les fonctions de cette réplique (informer, etc.) (1 pt)
Cette réplique informe d’abord : elle rassure Lennie sur les chiots. Il est certain que l’information est connue, qu’elle a déjà été donnée, et redonnée à Lennie. Sa question même fait comprendre à Crooks la gravité de l’infirmité de Lennie. Mais aussi elle exprime l’étonnement de Crooks devant l’incapacité de Lennie à comprendre.

– Montrer les traits de caractère de Crooks qui se font jour ici. Citer le texte en exemple. (1 pt)
Crooks apparaît en même temps assez sympathique pour rassurer Lennie, mais aussi moqueur, indifférent au fait de manifester son étonnement, sans pudeur, irrespectueux, voire un peu cruel.

6. Dans la troisième réplique de Crooks (« C’est pas autre chose qu’un nègre… peu importe. ») :
– Crooks s’adresse-t-il vraiment à Lennie, attend-il une réponse de lui ? (1 pt)
Dans cette réplique, Crooks, qui a compris que Lennie ne peut pas raisonner comme il fait, se parle à lui-même. Il monologue en quelque sorte.

– Quel trait de caractère, voire quelle philosophie (vision de la vie), se dégage-t-elle de ces paroles ? (1 pt)
Crooks paraît très désabusé : en parlant de lui-même, il est dur, méprisant, il renvoie l’image qu’on lui a souvent adressée (« un nègre qui a le dos cassé« ) ; sur la possibilité même de se parler, de se comprendre, il est  pessimiste.
En même temps il trouve une valeur au simple fait que deux humains échangent quelque chose ensemble, même si cette communication est rudimentaire. (« L’important, c’est de parler… »). Il y a donc là un espoir.

(à suivre)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.