Lycée- HIDA Proposition de Séquence « Perles rares » Scènes de genre du Siècle d’or aux Pays-Bas Prolongements

Prolongements – Liens – Ouvertures

Vers des domaines qui n’ont pas pu être abordés, des expositions / créations contemporaines (supports éventuels d’une réflexion sur l’orientation, le choix d’un métier)

Les objets d’art Exposition Cabinet botanique à La Nef

> Du 29 janvier au 26 mars 2016 Tel un avant-goût de printemps, la Nef se végétalise en ce début d’année. Céramistes, créateurs de bijoux, modistes, plasticiens, sculpteurs papier… 20 artistes de la matière nous offrent une interprétation contemporaine d’une serre dans laquelle plantes, racines, lianes, fleurs, graines et branches prennent vie.

Laurence Amblard · Marine Cauvin · Chum · Sophie Dalla-Rosa · Bénédicte Dietz · Maryse Dugois · Antonella Fadda-Haffaf · Ferri Garcès · Pauline Georgeault · Tzuri Gueta · Lalie Design · Sophie Lavaux · Aurélie Lejeune · Isabelle Léourier · Pascale Masera · Eliane Monnin · Zoë Montagu · Mathilde Quinchez · Françoise Tellier-Loumagne · Claire-Lise Thiriet

Isabelle Leourier Exposition Cabinet Botanique Montpellier mars 2016

Isabelle Léourier Exposition Cabinet Botanique Montpellier mars 2016

 

http://www.ateliersdart.com/fichiers/Site_2015/Presse/CP/CP_CABINET_BOTANIQUE_LA-NEF.pdf

Évolution du statut des « métiers d’art » : http://www.ateliersdart.com/news.php?id=163

Prolongement

Architecture XVIIe s. hollandais

Pieter SAENREDAM

Saenredam était issu d’un milieu calviniste et l’on serait tenté, au vu de ses peintures sobres, rigoureuses et précises, d’y voir l’expression d’une conviction religieuse intransigeante. Il est certain que toute l’œuvre de Saenredam s’inscrit dans le contexte de préoccupations religieuses intenses et de tensions entre les communautés de confessions différentes. Chacune de ses œuvres est un unicum et offre une approche spécifique des mêmes préoccupations religieuses à travers l’évocation de l’architecture et la célébration de la culture du passé.

La peinture architecturale http://www.interieurs-d-eglises.eu/peintres/115-decouvertes-recentes/hollandais/saenredam-pieter-jansz-1597-1665.html

saenredam-interieur-de-la-cathedrale-st-martin-a-utrech-1636

P. SAENREDAM Intérieur de la Cathédrale Saint Martin à Utrecht, 1636

saenredam-place-et-eglise-sainte-marie-a-utrecht-1663

Pieter SAENREDAM Place et église Sainte Marie à Utrecht, 1663

Ouvertures

Architecture et scénographie Pays Bas XXIe s.

Sur les pas de l’architecture néerlandaise : inventaires et guides
Paul Groenendijk « Ce point de vue a récemment radicalement changé : le Phaidon Atlas of Contemporary World Architecture, publié en 2005, recense soixante édifices situés aux Pays-Bas, parmi les 1 052 ouvrages d’architecture construits au cours du xxe siècle retenus dans soixante-quinze pays du monde entier. C’est bien plus que la Belgique (12), mais aussi que des pays plus connus pour leur tradition architecturale comme la France (32) et l’Italie (21). Quelle que soit la méthode de calcul utilisée, les Pays-Bas sont désormais devenus – si l’on se rapporte à leur superficie et au nombre d’habitants – « La Mecque de l’architecture moderne » en ce début du XXIe siècle. Ce changement de conception s’explique par la mutation nationale et internationale vis-à-vis de l’architecture néerlandaise qu’il faut situer dans les années 1950. »

http://www.holland.com/fr/tourisme/villes/rotterdam-1/architecture-a-rotterdam.htm

rotterdam cube shaped houses.jpg_560x350« C’est Piet BLOM qui a dessiné les maisons cubes en 1984, chacune d’entre elles symbolisant un arbre, et l’ensemble du lotissement… une forêt. Blom voulait ainsi inventer une sorte de village dans la ville, un havre où tout était possible. »

Van_Nelle_Ontwerp_Fabriek_Rotterdam_300dpi_4256x2832px_J_560x350
La fabrique VAN NELLE est depuis le 21 juin 2014 le 10e site inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en Hollande. L’usine Van Nelle est unique en termes de matériaux utilisés et elle était autrefois une fabrique de café, de thé et de tabac. De nos jours, la fabrique Van Nelle abrite, à Rotterdam, encore une grande activité commerciale.

Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : http://whc.unesco.org/fr/list/

Rem KOOLHAAS

http://www.telerama.fr/scenes/rem-koolhaas-architecte-de-la-demesure-et-insaisissable-star,113292.php

 « Au milieu du pont Erasme, qui rejoint le site, face à cette « skyline » totalement futuriste, l’architecte s’arrête, s’adresse aux caméras, explicite son projet de « ville verticale » à 340 millions d’euros : sur 160 000 mètres carrés et 150 mètres de haut, l’objet doit accueillir l’administration municipale, un hôtel de 278 chambres, des bureaux, des boutiques, un restaurant et 240 appartements de grand standing avec vues imprenables sur le port, la ville, le ciel. Une telle masse et une telle mixité de programmes font ­inévitablement penser à sa théorie de la bigness (la grande dimension), qu’il développa dans l’un de ses essais daté de 1995 (1) :
« 1. Au-delà d’une certaine masse critique, un bâtiment devient un Grand Bâtiment. […] 2. L’ascenseur – qui a le pouvoir d’établir des connexions mécaniques plutôt qu’architec­turales – rend nul et non avenu le répertoire classique de l’architecture. […] 3. Dans la bigness, la distance entre le cœur et l’enveloppe s’accroît tellement que la façade ne peut plus révéler ce qui se passe à l’intérieur… »
rem-koolhaas-architecte-de-la-demesure-et-insaisissable-star,M153891

Rem KOOLHAAS Rotterdam a vertical city : three interconnected mixed-use towers (2012)

 

http://o.nouvelobs.com/design/20140609.OBS9875/rem-koolhaas-l-architecte-de-toutes-les-contradictions.html

KOOLHAAS Scénographie By OMA © All rights reserved

KOOLHAAS Scénographie By OMA © All rights reserved

Scénographie KOOLHAAS OMA (cabinet de recherche) http://www.wallpaper.com/fashion/a-timeline-of-prada-and-oma-amo-catwalk-collaborations#58591

Prada_space_men_F_W_2008

OMA, R. KOOLHAAS Scénographie pour Prada Runways, 2011

_________________________________________________________________________________________________________

amsterdam_global_villageImage animée

Johan VAN DER KEUKEN Amsterdam Village Global (1996)

http://www.docsurgrandecran.fr/film/amsterdam-global-village

Pays-Bas, Couleur, 1996, 245 minutes

« Après avoir parcouru le monde du Nord au Sud, d’Est en Ouest, Johan van der Keuken choisit de filmer ce lieu d’accueil qu’est sa ville natale. Les cercles paisibles des canaux de la vieille cité lui inspirent une construction en mouvements latéraux à travers les saisons, à travers le temps, mouvements interrompus par une série de rencontres illustrant l’idée du métissage très présente à Amsterdam. Tout s’ordonne autour de 4 histoires. L’histoire de Roberto le Bolivien, de Khalid le coursier marocain, de Borz-Ali le Tchétchène et de Hennie, la vieille dame juive, mais nous croisons d’autres personnages tout aussi importants pour leur apport dans le film. Le SDF aux pieds nus, Mathilda la Ghanéenne, la disc-jockey. Ces rencontres nous emmènent en Bolivie où Roberto, devenu bienfaiteur de son village, rend visite à sa vieille mère, en Tchétchénie où nous nous trouvons face aux horreurs de la guerre.

Toujours la brûlante nécessité pour Johan van der Keuken de se confronter au choc d’autres civilisations, à d’autres enjeux, de nous faire part des différents ébats du monde. L’image du village global inventée par Mac Luhan s’impose à nous. Un monde de bruit et de fureur mais aussi d’amour et de tolérance. Ce film, par la sophistication du montage et par l’ambition du contenu, apparaît comme une somme dans l’œuvre du cinéaste hollandais. »

_________________________________________________________________________________________________________

Photographie

Jeff WALL Smaller Pictures (exposition du 9 septembre au 20 décembre 2015)

http://www.henricartierbresson.org/expositions/jeff-wall/

Jeff WALL "Torso", 1997, Tirage gélatino-argentique

Jeff WALL « Torso », 1997, Tirage gélatino-argentique

En photographie, on peut passer de l’artifice au réalisme. J.W.

«Que signifie l’exposition de petits formats pour un artiste qui s’est plutôt illustré par la grande taille de ses tableaux photographiques ?
Faut-il y voir (en dehors de l’exiguïté relative de nos salles) une réévaluation par Jeff Wall de ce qui constitue son oeuvre ? L’artiste, qui a lui-même établi la sélection, n’a choisi que des oeuvres originairement conçues en petits formats, provenant, pour la plupart, de sa collection personnelle. Cette «forme-tableau», à la fois «cinématographique» et «presque documentaire», signe les constructions exigeantes du photographe canadien de Vancouver. Très souvent proposées sous la forme de caissons lumineux qui créèrent en partie sa légende, ses compositions font aussi l’objet de tirages encadrés sous verre, et ce, depuis près de vingt ans.
Force est de constater que les petits formats sont là, depuis les premières « errances » du «Landscape Manual» de 1969-70 jusqu’à nos jours et qu’ils cristallisent tour à tour nombre des préoccupations de l’artiste.
Grand connaisseur de l’histoire des arts et de la littérature, il lui a fallu, à ses débuts, prendre ses distances avec la tradition de la photographie créative, pour pouvoir se situer à nouveau comme photographe. Il a ainsi pu comprendre comment théâtre et cinéma, et pas seulement quelques grands textes littéraires, étaient constitutifs de sa recherche. À l’heure où il est probablement l’un des artistes les plus sérieux de notre époque, parmi les plus recherchés, et dont le pouvoir enchanteur n’est plus à démontrer, Jeff Wall fait preuve d’une grande liberté, dont nous le remercions profondément.»

 _______________________________________________________________________________________________

Installations

Olafur EILASSON

«L’une des spécificités de son travail réside dans l’intérêt qu’il porte à la surface, la structure cristalline, les déformations, la lumière et ses effets, la couleur, les formes géométriques sans oublier la dimension narrative, dans le sens où ses œuvres laissent facilement une trace dans la mémoire sous forme d’image ou de sensation.[…] Aujourd’hui, le studio Eliasson est probablement l’un des plus importants dans le monde de l’art. L’artiste revêt parfois un statut particulier au sein de « l’entreprise » : celui de « client » dans le sens où il ne réalise pas forcément seul toutes les étapes du projet. Il se caractérise comme un « donneur d’idées », un « inventeur de concepts ». Il est en quelque sorte le chef d’orchestre, confiant diverses missions à ses collaborateurs.
Le « studio » Eliasson regroupe environ 80 personnes, aux nationalités et compétences diverses, à savoir des architectes, artistes, techniciens mais également des historiens d’art.
Les architectes constituent la majorité de cette équipe pluridisciplinaire. Si la plupart des collaborateurs de l’artiste sont employés de manière permanente, d’autres personnes interviennent sur des projets spécifiques de manière occasionnelle. Ce fut notamment le cas pour le philosophe Paul Virilio, le théoricien des sciences Bruno Latour ou encore de célèbres architectes tels que Yona Friedman et Rem Koolhaas

Olafur EILASSON, Beauté, 1993

Olafur EILASSON, Beauty, 1993 / San Francisco Museum of Modern Art, 2007 Photo : Ian Reeves / Courtesy of San Francisco Museum of Modern Art

 

Olafur ELIASSON Contact, Paris : Louis-Vuitton, 2015,1112×682

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.