3- BREVET BLANC 2016 Hampaté BÂ Propositions de réponses aux Questions

Propositions de réponses

[I. Le Blanc- Blanc  (4,75 points)]

1. Quels sont les personnages présents dans le texte ? (0.75)
Costume colonialLes personnages présents dans le texte sont le narrateur, un enfant africain, son frère et un homme blanc, un colon nommé dans le texte « le blanc-blanc ».
Remarque : Recopier simplement « Blanc-blanc » n’est pas suffisant mais n’est pas pénalisé.

2. Lignes 8 à 11 :

a. Quel est le temps des verbes ? (0.5)
Les verbes (« était, épousait« ) sont à l’imparfait .

b. Quelle est la valeur de ce temps ? (0.5)
Ce temps a ici une valeur de description dans le passé.

3. Lignes 21 à 44 :

a. Relevez la phrase qui annonce l’organisation du portrait (0.5)
La phrase qui annonce l’organisation du portrait est : « Elle se composait de trois parties : une pour la tête, une pour le tronc et une pour les membres »
Remarque : La phrase doit être recopiée intégralement et sans faute.
On ne peut accepter « Ma curiosité innée reprit le dessus et je me mis à examiner… » car la question porte sur l’organisation du portrait en trois parties.

b. Lignes 23 à 44 : Quelles parties du costume colonial sont-elles désignées dans chacun de ces paragraphes ? (1.5)
Dans le premier paragraphe (l. 23 à 31), c’est le casque colonial qui est décrit. Puis, c’est la veste du costume qui est présentée (l. 32 à 38). Enfin, le pantalon est décrit dans un troisième paragraphe (l. 39 à 44).
Remarque : Il faut être attentif à la consigne « parties du costume » : le mot « carapace » ne constitue en aucun cas une partie de « costume ». Le mot « chapeau » peut être accepté pour « casque » mais constitue une inexactitude ; le mot « chemise » ou « haut » pour veste sont inexacts (- 0.25).

c. Quel procédé stylistique renforce l’organisation du portrait en paragraphes ? (1)

Il s’agit de l’anaphore (répétition en tête de phrase, de paragraphe) : « La carapace »
Remarque : le mot « répétition », moins précis : 0.5 pt ; l’expression : « répétition en tête de phrase » : 0.75
Le fait de ne pas citer l’anaphore n’étant pas explicitement demandé en consigne n’est pas pénalisé, mais c’est prendre le risque de perdre la moitié des points que d’agir ainsi (par économie ?) au DNB.


[II. Le narrateur  (6,25 points)]

4. Quelle est la focalisation ( le point de vue ) adoptée ? Donc, qui voit ? Appuyez votre réponse sur une citation du texte. (1)
C’est l’enfant qui voit et décrit le colon dans une focalisation interne ; la phrase qui le montre est : « … je me mis à examiner en détail le blanc-blanc. » C’est bien un verbe de regard qui peut, seul, prouver ce point de vue.
Une autre citation est pertinente : « J’examinai tous les détails de la légère carapace » (l. 19)
Toutefois on peut compter : 0.5 pour le jeune Africain, le jeune narrateur, même si la phrase clé n’est pas citée.

5. Lignes 13 à 18 :

Quelle est la classe grammaticale du mot «on»  ( l.13 ) ? Qui désigne-t-il ? (1)
Le mot « on » est un pronom personnel (mais sa valeur sémantique est celle d’un pronom indéfini ou d’un pronom personnel). Il désigne ici une collectivité indéterminée : les gens, les Africains.
Remarque : Les deux sous-classes (personnel ou indéfini) seront donc notées : 0.5 ; pronom sujet peut également être accepté. En revanche dire qu’il désigne « la rumeur » ne peut être compté 0.5 pt, il désigne nécessairement un énonciateur (proposition : 0.25)

Quels sont les deux emplois des guillemets dans ces lignes ? (1)

– « les fils de l’eau » l.14 et 16
Ces guillemets encadrent une expression, une citation.
Remarque : « une façon de dire », ou « un surnom » ou « nom qu’ils donnent » est inexact : 0.25 pt ; le discours indirect libre ne peut pas être accepté, car il est sans guillemets.

– « Ce costume prouve…fût-elle » l.15 à 18
Ces guillemets encadrent des paroles rapportées : les pensées du narrateur. Guillemets servant pour le dialogue, le discours direct peut être accepté.

6. Ligne 17 :

a. A quoi est associé le Blanc-Blanc ? (0.5)
Le blanc-blanc est associé à une « écrevisse (géante) »
Remarque : Citer « Blanc-Blanc » est un contresens, ce surnom ne constitue pas une association.

b. Quelle est la figure de style employée? (0.5)
Il s’agit d’une métaphore car l’image n’est introduite par aucun outil de comparaison : « Ce sont des espèces d’écrevisses géantes« . Cette métaphore constitue une animalisation.
Remarque : L’une ou l’autre des réponses peuvent être comptées 0.5 pt. Comparaison peut être comptée 0.25

c. Comment le narrateur en arrive-t-il à cette association ? (0.5)
C’est l’association entre l’aspect « carapace » du costume très près du corps, qui fait « protection« , et la légende qui fait des Blancs des créatures « aquatiques » qui suggère l’image de l’écrevisse.
Remarque : il faut mentionner les deux éléments qui constituent le rapprochement : le costume ET la citation, on peut proposer 0.25 par élément.

7. Quelles sont les figures de style employées aux lignes 32-33 et 41-42 ? (1)
Une nouvelle métaphore est présente dans le texte l. 32-33 : « deux lèvres verticales« . Elle peut constituer une personnification.
« Comme de l’ébène bien huilé » (l. 41-42) est une comparaison.
Remarque : Comme il s’agit ici de distinguer les deux formes de figures analogiques, on ne peut pas compter 0.25 les réponses inverses ou erronées.

8. En vous appuyant sur vos réponses aux questions précédentes, dites tout ce que vous savez sur le narrateur (trois éléments de réponse sont attendus ). (0.75)
On a appris du narrateur, dans cet extrait, qu’il est un enfant, un jeune Africain, (certainement l’aîné, car il veut protéger son frère), qu’il ne connaît pas l’homme blanc.
Remarque : on peut accepter en réponse, en plus de ces éléments du portait « social » (ou en place d’un des éléments de ce portrait), un élément du portrait moral : sa curiosité.

Casque colonial[III. La confrontation  (4 points)]

9. Quels sentiments ressent le narrateur face au Blanc-Blanc ? Justifiez en citant le texte. (1.5)
Le narrateur ressent d’abord de l’ inquiétude (« totalement inconscient du danger » l. 1), puis rassuré par un geste, il retrouve son aplomb (« Je me ressaisis » l.6) ensuite « sa curiosité l’emporte, (« Aussitôt ma curiosité innée » l. 6) ; il éprouve alors un étonnement amusé, voire espiègle (« A cette seule idée, j’eus envie de rire. » l. 31)
Remarque : L’absence de citations du texte : 0.75 / 1.5 pt ; 0.5 pt par émotion / sentiment cité et justifié. Il faut développer les questions à 1.5 pt en trois éléments de réponse, même si cela n’est pas indiqué.

10. Ligne 5-6 : ‘’ Ce geste, manifestement plus paternel que diabolique me rassura. Je me ressaisis.’’

a. Quel est le rapport logique exprimé entre ces deux phrases ? (0.5)
Le rapport logique exprimé entre les deux phrases est un rapport de conséquence.
Remarque : les explications diverses ne peuvent remplacer le terme « conséquence ».
Le rapport cause-conséquence peut être compté 0.25 pt (?)

b. Reliez ces deux phrases et exprimez ce lien logique par une conjonction de coordination. (0.5)
Ce geste, manifestement plus paternel que diabolique me rassura donc je me ressaisis.’’
Remarque : « mais » et « cependant » (qui n’est pas une conjonction) sont des contresens, car ils traduisent une opposition, donc 0 pt.
On peut accepter que la cause soit mise en valeur : Je me ressaisis car ce geste… me rassura. 0.5 pt

11. Lignes 27 à 29 : ‘’une méchante idée que je devais d’ailleurs regretter un peu plus tard, quand je connus mieux mon Blanc-Blanc’’.

a. Qui s’exprime dans ces lignes ? (1)
Il s’agit du narrateur adulte qui juge le personnage enfant.
Remarque : Le terme « narrateur » seul est inexact car il n’apporte aucune information nouvelle, à ce moment de l’analyse : 0.5 pt. On peut accepter des périphrases comme « plus tard » ou « après avoir connu l’homme blanc »… 0.75 ou 1 pt selon la précision de la réponse. La réponse « le narrateur au moment où il écrit » est juste, 1 pt.
C’est le « narrateur enfant » ne convient pas : 0 pt.

b. Qu’en déduisez-vous sur la suite des relations entre le narrateur et le Blanc-Blanc ? (0.5)
On peut penser que les relations entre l’enfant et l’homme blanc ont été bonnes, puisque celui-ci regrette, adulte, l’idée « méchante » de l’enfant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.