MÉTHODOLOGIE Lecture analytique (4) Un Exemple avec L.F CÉLINE Voyage au bout de la nuit (1932) Comment élaborer des axes d’étude ?

Méthodologie de l’analyse de texte : la lecture analytique (Du collège au lycée)


« Je ne fus plus que du bruit et du feu »

Problématique Pourquoi cette scène de guerre horrible est-elle racontée sur un ton « particulier » ?

1. Mise en œuvre de la méthodologie : Premier pas, une entrée intuitive dans le texte

Si l’élève entre par la porte « Qu’est-ce que je sens ? » (mes émotions), il proposera alors comme ressenti :

  • c’est drôle
  • c’est vulgaire, méchant, agressif
  • c’est irréaliste…

Si l’élève, entre par la porte « Qu’est-ce que je vois ? » (mes perceptions), il pourra remarquer :

  • des phrases « difficiles » à comprendre du fait de leur construction grammaticale
  • du lexique familier…

Si l’élève entre par la porte « Qu’est-ce que j’en pense ? » (mes interprétations), il dira sûrement :

  • c’est une critique de la guerre
  • c’est ironique ? …

S’ils mettent leurs trouvailles en commun, cela construit la direction générale de l’étude :

Une écriture particulière / jouant sur le lexique et la (dé)construction grammaticale / brosse un tableau critique de la guerre.

Si l’élève travaille seul (en lycée), il construit peu à peu la complémentarité des entrées qui ne sont pas intuitives pour lui, grâce à  l’entraînement.

2. Comment développer des pistes / axes d’étude à partir d’une direction générale de l’étude ?

Il faut alors mobiliser les ressources d’analyse littéraire (ce que je sais) :

Illustration avec le texte de CÉLINE :

  • Ce texte est un roman : je peux mettre en rapport l’un des points suivants avec ma direction d’étude

    l’énonciation : Qui parle à qui ? Qui domine la situation ? Comment ? Où et quand se déroule l’histoire ? Y a-t-il un ou deux niveaux d’énonciation (passé / présent) ? Une ou plusieurs voix narratives ?
    – le point de vue : Qui voit ? (focalisation interne d’un personnage, de plusieurs ? externe « omnisciente » ou non ?
    le ton (le registre) : Quels sont le style, le niveau de langue, les effets, l’atmosphère… ( Comique, tragique, fantastique, « réaliste »…)
    la visée : quelle est la visée argumentative du passage ? Explicite (le narrateur fait un commentaire ? Il est un des personnage et donne son opinion) ? Implicite (elle doit se déduire de la modalisation du récit / des dialogues…) ?

  • C’est un texte narratif
    Je peux donc me poser (en général) les questions suivantes :
    l’action : Où en est-on de l’action (Schéma narratif) ? A quel moment du récit est-on ? Cette scène a-t-elle un intérêt majeur dans l’avancée du récit ? …
    – le récit : Quel est son rythme (S’agit-il d’une scène, d’un sommaire, d’une pause ?) Quel est son ordre (chronologique, analepse, prolepse) ? Donc quels sont les temps et leurs valeurs ?
    les personnages : S’agit-il d’un portrait ? Quelles sont les relations entre eux ? Ces relations évoluent-elles ? Quel est le rôle de dialogues dans leur construction ? l’expression de leurs rapports / conflits / pensées ?
  • C’est aussi un texte argumentatif
    – Quelle est la thèse défendue ? par qui ?
    – Quels sont les arguments exprimés ?…

La mise en relation des ressources de l’analyse littéraire avec notre direction d’étude

peut donner les axes d’étude suivants :

  • Axe 1 (Le récit)
    Quelle est la fonction de ces morts dans le récit ? Quel est leur rôle dans l’action (le schéma narratif) ? S’agit-il d’une péripétie essentielle à la narration ou de l’expression d’une opinion grâce à une anecdote ? => Une situation de témoin (caché) pour le narrateur observant un rapport de domination d’un gradé sur un messager ; des informations sur un personnage du récit (Barousse).
  • Axe 2 (Les personnages)
    Comment les personnages secondaires sont-ils caractérisés ? Quelle est la place / quel est le point de vue, du narrateur ? => Une scène de la vie militaire au front qui révèle des comportements d’homme différents face à la proximité du danger, la potentialité de la mort.
  • Axe 3 (la visée) Quelle est cette opinion ?
    Comment le narrateur fait-il pour lier récit et argumentation ? A quoi finalement a-t-on affaire à un récit ou un discours ? => L’expression de jugement négatif sur la guerre directement et indirectement, par la forme du récit.

3. La dernière étape : la justification par le texte (citations, et analyse des citations) des pistes d’étude

3- PS Argumentation 1914 LECTURE CELINE Texte complet Tableau et Analyse 2016-page-003C’est le seul axe 3 qui va ensuite être analysé en détail pour cette étude « exemple ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.