Pédagogie Organisation de la salle de classe : le « théâtre » des activités

Organisation de la salle

Depuis des années, sans me décourager, je lutte contre les rangées et les colonnes au carré (qui reviennent à chaque « rangement » de salle) car je trouve cette disposition malcommode, très désagréable pour ceux des bords qui, toute l’année, font face à un tableau et doivent se désarticuler le cou pour pouvoir regarder leurs camarades ou même l’enseignant, quand ils sont collés au mur « frontal », une disposition anti-pédagogique au possible. Je n’aime pas davantage les installations en tables isolées (sauf pour le premier jour, cf article suivant).

Parce que je travaille souvent en groupes (de couleurs homogènes = problématique d’apprentissage proche : aisée, plus difficile, accompagnée pour les évaluations, pour les lectures longues… ; de couleurs hétérogènes = tous les projets d’écriture ou d’oral… groupes d’affinité, de proximité) ;
Parce que je trouve que l’oral est non seulement indispensable, mais central, moteur de toute activité d’apprentissage, oral des élèves, voix de l’enseignant ;
Parce que je trouve extrêmement important que les élèves puissent se voir, s’entendre, comme en cours « de langue vivante », mais aussi pour débattre, former un groupe qui travaille de concert ;

J’installe ma salle en « amphithéâtre ». Deux larges colonnes en biais, légèrement arrondi, de quatre tables séparées par une allée centrale et deux allées latérales, de façon à ce que je puisse circuler et voir le travail en cours de tous les binômes.

Un peu comme sur cette photographie mais… avec un biais beaucoup plus important pour que les élèves se voient vraiment les uns les autres, pas de gradins et pas de bureau pour l’enseignant.
Il est aisé de constituer des groupes de 4, 5 élèves sans changer les tables de place, en retournant seulement la moitié des chaises.
J’occupe une table de la taille de celle des élèves, sur un côté de la salle à l’avant, avec, dans mon dos, l’ordinateur et les documents utiles. Ma salle est équipée d’un vidéo projecteur, avec lequel je travaille souvent. Le tableau blanc permet la rétroprojection sur tableau, pour 5 minutes, sans avoir à installer un écran.
Il reste donc un espace arrondi assez important devant le tableau pour les scènes improvisées, les groupes « au tableau » , les séances d’oral etc.Je me garde également une ou deux petites tables dans la salle, quand ce sont les élèves qui occupent cet espace, évaluent etc. pour qu’ils occupent peu à peu leur classe / place, et développent des pratiques autonomes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.