3- Se raconter EPI CCA Expression écrite Bande dessinée apprentissage de la démarche d’Histoire des arts Analyse d’image SPIEGELMAN « Maus » (1986-1991)

Analyse image SPIEGELMAN Maus (1986-1991) p. 113 Vignette 3 en suivant la méthodologie préconisée (Lefildelaure : analyse de bande dessinée)

maus_5-1

Analyse image SPIEGELMAN

Il s’agit d’une scène d’action : des soldats allemands national-socialistes recherchent des Juifs cachés dans une maison. En l’occurrence il s’agit de Vladek et Anja Spiegelman, les parents du narrateur auteur. Ce passage comme presque tout le récit de cette biographie d’un père par son fils constitue donc un flash-back, ce qui se voit par exemple p. , lors du retour au présent : Vladeck est âgé et raconte son histoire à son fils, dessinateur.

Si l’on observe l’enchaînement de la vignette 1 à la vignette 3, on peut parler de raccord de mouvement : c’est le soldat qui descend dans une pièce au sous-sol qui fait le lien entre les deux images. Entre les images 2 et 3, on a un raccord lieu. On comprend alors que les différentes cases dessinent les différentes pièces de la maison, il s’agit d’un choix très original, une figuration du temps par un schéma de l’espace (une vue en coupe) dont la lecture est facilitée par la présence du paysage hors de la maison. On pourrait aussi parler de montage alterné : les deux scènes de la cave et du bunker se déroulant en même temps.

Pour la forme des planches, il s’agit d’un rectangle en format portrait, le livre étant de taille moyenne (A5). Sur cette planche, on compte cinq vignettes, ailleurs on peut en compter jusqu’à huit. Il s’agit d’un nombre commun de vignettes par planche. Celles-ci sont disposées en bandes horizontales de façon assez classique. Mais quand on regarde l’organisation des vignettes les unes par rapport aux autres, on remarque un effet de superposition en p. 112, on peut penser que cette superposition vise un effet de réel, pour renforcer l’authenticité du récit. En ce qui concerne la forme des vignettes, qui paraissent toutes semblables, On s’aperçoit en fait qu’il n’y en a presque aucune qui est identique à une autre. Cette grande variété vise à soutenir l’attention du lecteur pendant ce long récit. Les bordures des vignettes sont également variées : droites et noires, blanches ou arrondies. Cette variété montre la finesse des choix graphiques de SPIEGELMAN, et son attention à chacun des moments de son récit. On peut penser que cette attention aux détails est pour soutenir l’attention du lecteur.

Pour la vignette 3, il s’agit d’un plan d’ensemble ou de demi ensemble montrant des personnages en action dans un décor. Ce type de plan permet de bien comprendre la scène et l’action. Les personnages des soldats sont vus en angle neutre, ce qui fait que le spectateur-lecteur se trouve au même niveau que les personnages, pris dans l’action et son inquiétude.

Sur cette image, la composition est centrée, les éléments principaux sont au milieu de l’image, même si celle-ci est cadrée de façon assez serrée : il y a peu de décor autour des chiens et des soldats, ce qui renforce l’impression d’étouffement que doivent ressentir les personnages enfermés. On peut dire aussi que la composition est aussi en partie ouverte puisqu’elle est en lien avec l’image qui lui est supérieure dans l’espace, et antérieure dans le récit, grâce à la trappe. Elle est également ouverte dans le sens où les soldats projette des faisceaux lumineux vers les murs, pour y chercher des pièces ou des caches. Il y a donc un hors-champ qui est sous-entendu et pris en compte.

L’image n’est constituée que d’un seul plan principal, occupé par des chiens et les soldats sans effet de profondeur. Les deux soldats sont dos à dos, l’un de face, l’autre de dos ;  un chien est immobile, l’autre est en mouvement et semble sauter de l’échelle, ce qui contribue à animer la vignette ; pour le troisième personnage, responsable, seules ses jambes sont visibles. Les visages sont seulement formés de quelques traits stylisés,  mais notre connaissance de la bande dessinée permet de deviner l’animalisation avec les visages de chat, tenant en laisse des chiens (On retrouve en effet les jeux sur animalisation-personnification dans cette bande dessinée, malgré son sujet extrêmement sombre.) Le fait que les soldats soient des chats ne les rend pas du tout plus sympathiques ou moins effrayants, au contraire.

Le trait dessinant les personnages est noir et régulier et il y a une représentation des volumes par des hachures, des tâches, des griffures pour représenter le pelage des animaux. Dans cette image en noir et blanc, les couleurs sombres sont représentées de façon contrastée en noir comme l’uniforme des soldats, les reflets de la lumière sont représentés en blanc sans aucun dégradé, ce qui accentue l’opposition. La matière de la pierre est figurée par des hachures régulières en oblique, qui créent en même temps un fond grisé facilitant la concentration du regard sur les personnages plus contrastés.

Sur le plan graphique, on retient surtout de cette image sa concentration et la proportion des personnages dans le décor figurant l’étroitesse de la cave.

Quant au texte, il s’agit d’un récitatif qui est à l’imparfait d’une action en cours de déroulement et de description. Une comparaison « comme des fous », contribue à l’atmosphère inquiétante. La mauvaise maîtrise de l’anglais du père de SPIEGELMAN est traduite par les erreurs de syntaxe avec la place des verbes à la fin des phrases. Il n’y a pas de dialogue animé entre les soldats, ni d’onomatopée, on pourrait parler d’un style assez dépouillé ne jouant pas sur les effets dramatiques habituels de la bande dessinée.

Cette image permet donc de faire progresser le récit tout en faisant ressentir au lecteur l’oppression et la peur des personnes enfermées dans une cache étroite, dans une grande sobriété d’effets mais avec une vraie attention aux détails.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.