3- Dénoncer les travers de la société Le Pamphlet : une violente satire Citations d’œuvres célèbres du XVIIIe au XXIe siècle

XVIIIe siècle

VOLTAIRE « Femmes, soyez soumises à vos maris » (FEMME)

« Certainement la nature ne l’a pas dit ; elle nous a fait des organes différents de ceux des hommes ; mais en nous rendant nécessaires les uns aux autres, elle n’a pas prétendu que l’union formât un esclavage. Je me souviens bien que Molière a dit : « Du côté de la barbe est la toute-puissance. »
Mais voilà une plaisante raison pour que j’aie un maître ! Quoi ! Parce qu’un homme a le menton couvert d’un vilain poil rude, qu’il est obligé de tondre de fort près, et que mon menton est né rasé, il faudra que je lui obéisse très humblement ? Je sais bien qu’en général les hommes ont les muscles plus forts que les nôtres, et qu’ils peuvent donner un coup de poing mieux appliqué : j’ai peur que ce ne soit là l’origine de leur supériorité.
« Ils prétendent avoir aussi la tête mieux organisée, et, en conséquence, ils se vantent d’être plus capables de gouverner ; mais je leur montrerai des reines qui valent bien des rois. On me parlait ces jours passés d’une princesse allemande qui se lève à cinq heures du matin pour travailler à rendre ses sujets heureux, qui dirige toutes les affaires, répond à toutes les lettres, encourage tous les arts, et qui répand autant de bienfaits qu’elle a de lumières. Son courage égale ses connaissances ; aussi n’a-t-elle pas été élevée dans un couvent par des imbéciles qui nous apprennent ce qu’il faut ignorer, et qui nous laissent ignorer ce qu’il faut apprendre. Pour moi, si j’avais un État à gouverner, je me sens capable d’oser suivre ce modèle. »

XIXe siècle

ZOLA Emile « J’accuse » 1898 Journal L’Aurore (RESPECT JUSTICE antisémitisme ; armée)

«Puisqu’ils ont osé, j’oserai aussi, moi. La vérité, je la dirai, car j’ai promis de la dire, si la justice, régulièrement saisie, ne la faisait pas, pleine et entière. Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice. Mes nuits seraient hantées par le spectre de l’innocent qui expie là-bas, dans la plus affreuse des tortures, un crime qu’il n’a pas commis.»
«Et c’est à vous, monsieur le Président, que je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d’honnête homme. Pour votre honneur, je suis convaincu que vous l’ignorez. Et à qui donc dénoncerai-je la tourbe malfaisante des vrais coupables, si ce n’est à vous, le premier magistrat du pays ?»

Résultat de recherche d'images pour "zola j'accuse"

Victor HUGO Napoléon le Petit (Napoléon III, ; prise de pouvoir)

«Ce peuple est bon et honnête. Il comprendra. Oui, paysan, ils sont deux, le grand et le petit, l’illustre et l’infâme, Napoléon et Naboléon ! Résumons ce gouvernement. Qui est à l’Elysée et aux Tuileries ? le crime. Qui siège au Luxembourg ? la bassesse. Qui siège au palais Bourbon ? l’imbécillité. Qui siège au palais d’Orsay ? la corruption. Qui siège au palais de justice ? la prévarication. Et qui est dans les prisons, dans les forts, dans les cellules, dans les casemates, dans les pontons, à Lambessa, à Cayenne, dans l’exil ? la loi, l’honneur, l’intelligence, la liberté, le droit. Proscrits, de quoi vous plaignez-vous ? vous avez la bonne part.»

H.D. THOREAU La Désobéissance civile (ETAT ;  obéissance passive)

«Il y a des milliers de gens qui par principe s’opposent à l’esclavage et à la guerre mais qui en pratique ne font rien pour y mettre un terme ; qui se proclamant héritiers de Washington ou de Franklin, restent plantés les mains dans les poches à dire qu’ils ne savent que faire et ne font rien ; qui même subordonnent la question de la liberté à celle du libre échange et lisent, après dîner, les nouvelles de la guerre du Mexique avec la même placidité que les cours de la Bourse et peut-être, s’endorment sur les deux. Quel est le cours d’un honnête homme et d’un patriote aujourd’hui ? On tergiverse, on déplore et quelquefois on pétitionne, mais on n’entreprend rien de sérieux ni d’effectif. On attend, avec bienveillance, que d’autres remédient au mal, afin de n’avoir plus à le déplorer. Tout au plus, offre-t-on un vote bon marché, un maigre encouragement, un « Dieu vous assiste » à la justice quand elle passe. Il y a 999 défenseurs de la vertu pour un seul homme vertueux.

Karl MARX L’Opium du peuple (RELIGION)

«La religion est le soupir de la création accablée par le malheur, l’âme d’un monde sans cœur, de même qu’elle est l’esprit d’une époque sans esprit. C’est l’opium du peuple.»

XXe siècle

Benjamin PERET Le Déshonneur des poètes (ENGAGEMENT ET POESIE)

«Le merveilleux, je le répète, est partout, de tous les temps, de tous les instants. C’est, ce devrait être la vie même, à condition cependant de ne pas rendre cette vie délibérément sordide comme s’y ingénie cette société avec son école, sa religion, ses tribunaux, ses guerres, ses occupations et libérations, ses camps de concentration et son horrible misère matérielle et intellectuelle.»

Un Cadavre Louis ARAGON, André BRETON pour ces extraits (LITTERATURE MODERNITE / CLASSICISME)

« Loti, Barrès, France, marquons tout de même d’un beau signe blanc l’année qui coucha ces trois sinistres bonshommes : l’idiot, le traître et le policier. Avec France, c’est un peu de la servilité humaine qui s’en va. Pour y enfermer son cadavre qu’on vide si on veut une boîte des quais de ces vieux livres « qu’il aimait tant » et qu’on jette le tout à la Seine. Il ne faut plus que mort cet homme fasse de la poussière. » BRETON « En France, à ce qu’on dit, tout finit en chansons. Que donc celui qui vient de crever au cœur de la béatitude générale, s’en aille à son tour en fumée ! Il reste peu de choses d’un homme : il est encore révoltant d’imaginer de celui-ci, que de toute façon il a été. Certains jours j’ai rêvé d’une gomme à effacer l’immondice humaine.» ARAGON

L.F. CELINE L’Agité du bocal (J.P. SARTRE Accusation d’antisémitisme)

«Oh ! je ne veux aucun mal au petit J.-B. S. ! Son sort où il est placé est bien assez cruel ! Puisqu’il s’agit d’un devoir, je lui aurais donné volontiers sept sur vingt et n’en parlerais plus… Mais page 462, la petite fiente, il m’interloque ! Ah ! le damné pourri croupion ! Qu’ose-t-il écrire ? « Si Céline a pu soutenir les thèses socialistes des nazis c’est qu’il était payé. » Textuel. Holà ! Voici donc ce qu’écrivait ce petit bousier pendant que j’étais en prison en plein péril qu’on me pende.»

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/419QM9V5XEL._SX210_.jpgGeorges BERNANOS La France contre les robots (TECHNIQUE ; ROBOTISATION)

«Assez de grimaces, hypocrites ! Torchez-vous une dernière fois les yeux, et revenons si vous le voulez bien à l’aviateur bombardier. Je disais donc que le brave type qui vient de réduire en cendres une ville endormie se sent parfaitement le droit de présider le repas de famille, entre sa femme et ses enfants, comme un ouvrier tranquille sa journée faite. « Quoi de plus naturel ! » pense l’imbécile, dans sa logique imbécile, « ce brave type est un soldat, il y a toujours eu des soldats ». Je l’accorde. Mais le signe inquiétant, et peut-être fatal, c’est que précisément rien ne distingue ce tueur du premier passant venu, et ce passant lui-même, jusqu’ici doux comme un agneau, n’attend qu’une consigne pour être tueur à son tour, et, devenant tueur, il ne cessera pas d’être agneau. Ne trouvez-vous pas cela étrange ? »

Naomi KLEIN No Logo (COMMERCIALISATION DE TOUT)

«Les employeurs de la vente au détail ont tendance à considérer leur employés comme des gamins: étudiants à la recherche d’un emploi d’été, d’argent de poche ou d’un moment de répit avant d’entreprendre une carrière plus épanouissante et lucrative. Autrement dit des emplois formidables pour des gens qui n’en ont pas réellement besoin. Ainsi le centre commercial et le super-magasin ont donné naissance à une sous catégorie d’emplois bidon en pleine expansion – le crétin qui prépare du yaourt glacé… le préposé à l’accueil de GAP, l’associé aux ventes de Walmart toujours heureux grâce au prozac- Postes qui sont, c’est bien connu, instables mal rémunérés et à temps incroyablement partiel (occasionnel) .»

James BALDWIN La Prochaine fois, le feu. (RACISME ; VIOLENCE DE L’HOMME)https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51t6p3nE7jL._SX285_BO1,204,203,200_.jpg

«Toute prétention à une supériorité quelconque, sauf dans le domaine technologique, qu’ont pu entretenir les nations chrétiennes, a, en ce qui me concerne, été réduite à néant par l’existence même du IIIe Reich. Les Blancs furent et sont encore stupéfaits par l’holocauste dont l’Allemagne fut le théâtre. Ils ne savaient pas qu’ils étaient capables de choses pareilles. Mais je doute fort que les Noirs en aient été surpris ; au moins au même degré. Quant à moi, le sort des juifs et l’indifférence du monde à leur égard m’avaient rempli de frayeur. Je ne pouvais m’empêcher, pendant ces pénibles années, de penser que cette indifférence des hommes, au sujet de laquelle j’avais déjà tant appris, était ce à quoi je pouvais m’attendre le jour où les États-Unis décideraient d’assassiner leurs nègres systématiquement au lieu de petit à petit et à l’aveuglette.»

Paul NIZAN Les chiens de garde (BOURGEOISIE)

«La bourgeoisie travaillant pour elle seule, exploitant pour elle seule, massacrant pour elle seule, il lui est nécessaire de faire croire qu’elle travaille, qu’elle exploite, qu’elle massacre pour le bien final de l’humanité. Elle doit faire croire qu’elle est juste. Et elle-même doit le croire. M. Michelin doit faire croire qu’il ne fabrique des pneus que pour donner du travail à des ouvriers qui mourraient sans lui.»

Jean-Paul BRIGHELLI La Fabrique du crétin : La Mort programmée de l’école (ÉDUCATION : méthodes actives)

«On n’a pas besoin de beaucoup d’idées lorsqu’on en tient une bonne : on a orchestré la baisse de niveau en interdisant tout simplement de faire apprendre. L’apprentissage doit désormais venir de l’élève – qui, avouons-le, lorgne plutôt par la fenêtre, et n’attend que la récréation. Plus rien ne permet de lui imposer un savoir : l’esclavage habilement fabriqué jouit de son ignorance, et s’insurge même contre les fauteurs de trouble. »

« Les professeurs passent des concours de recrutement dont le niveau lui-même a considérablement baissé. C’est que l’on a besoin d’ignorants pour enseigner aux ilotes. Et la France a aujourd’hui un système éducatif qui fait rire les Finlandais ou les Coréens, qui se pavanent désormais en tête de classe.»

Raoul Vaneigem Avertissement aux écoliers et lycéens (ÉDUCATION : méthodes traditionnelles)

«L’entreprise scolaire n’a-t-elle pas obéi jusqu’à ce jour à une préoccupation dominante: améliorer les techniques de dressage afin que l’animal soit rentable?»

Spéhane HESSEL Indignez-vous ! (NÉCESSITE DE L’ENGAGEMENT)

«Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir votre motif d’indignation. C’est précieux. Quand quelque chose vous indigne comme j’ai été indigné par le nazisme, alors on devient militant, fort et engagé. On rejoint ce courant de l’histoire et le grand courant de l’histoire doit se poursuivre grâce à chacun. Et ce courant va vers plus de justice, plus de liberté mais pas cette liberté incontrôlée du renard dans le poulailler.»

Le motif de base de la Résistance était l’indignation. Nous vétérans des mouvements de résistance et des forces combattantes de la France libre, nous appelons les jeunes générations à faire vivre, transmettre, l’héritage de la Résistance et ses idéaux. Nous leur disons : prenez le relais, indignez-vous ! Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.»

https://i0.wp.com/extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/DEC/P3/9782707138330.jpgMichael MOORE Mike contre-attaque ! Bienvenue aux Etats Stupides d’Amérique (CUPIDITÉ ET MENSONGE DES ÉLITES ÉCONOMIQUES)

«Les plus fortunés font tout ce qu’ils peuvent pour vous convaincre de ne pas réclamer votre dû en prétextant que, tout

d’un coup, c’est la crise, c’est la débâcle ! Tous les soirs, par la voix des médias qui leur appartiennent, on vous martèle que tout va mal, on vous fait pleurer avec l’histoire de la dernière start-up qui a fait faillite, du dernier fonds de pension qui a tout perdu, de l’investisseur du Nasdaq qui n’a plus que sa chemise sur le dos. Aujourd’hui, le Dow Jones a perdu plus de 300 points. La firme Lucent Technologies a annoncé quinze mille nouveaux licenciements, United et US Airways ont renoncé à fusionner, Général Motors se débarrasse d’Oldsmobile et même votre brave petit plan de retraite est en péril. Il y a de quoi flipper, non ?

Alors bien sûr, tout ça, c’est vrai. Ils iraient quand même pas vous raconter des mensonges. En tout cas, pas sur ces petites histoires qui servent à manipuler vos angoisses.

Le mensonge se situe à un autre niveau. Dans l’idée que tout va mal au niveau de l’économie mondiale. Évidemment, sous un certain aspect, ça a l’air plausible. Si vous faites partie des classes moyennes ou des couches populaires, vous avez toutes les raisons d’être inquiets. Pourquoi ? Parce qu’au sommet de la pyramide ils ont encore plus les jetons que vous. Ils pani­quent complètement à l’idée que vous ayez envie de vous invi­ter à leur fête. Ils ont la trouille que vous leur disiez : « OK, vous avez votre yacht, votre villa dans le sud de la France, mais moi, à quoi j’ai droit ? J’aimerais bien avoir une petite rallonge pour remplacer la porte de mon garage. » La seule chose qui dépasse leur appréhension, c’est leur stupéfaction de constater qu’aucun d’entre vous n’a exigé une augmentation, des congés payés, le remboursement partiel d’une visite chez le dentiste, ni la moindre miette de la surabondance de richesse qui a été engendrée au cours des dix dernières années. À croire que vous êtes vraiment satisfaits de passer quatre soirées par semaine à regarder le programme « Qui veut gagner des millions ? » sans jamais oser répondre « MOI » ! Les nababs s’attendraient plutôt à vous voir mendier.

Eh oui, ces types-là savent bien qu’un jour vous allez récla­mer votre part, c’est inévitable. Et comme il est absolument hors de question de vous l’accorder, ils ont le doigt sur la gâchette et ils ont décidé de lancer une frappe préventive dans l’espoir qu’il ne vous vienne même pas à (idée de lorgner sur leur magot.»

Bernard MARIS Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles (LES EXPERTS EN ÉCONOMIE)

« En économie comme partout, l’expert est le raté ou le paresseux de la profession. Si quelqu’un ne réussit pas quelque part, il peut toujours s’y faire expert, en mobilier, tableaux de maîtres, ou fluctuations boursières. L’expert n’est là que pour justifier celui qui le paye. Seul le falsificateur et l’ignorant, pour des raisons différentes, ont besoin de l’expert. »

2 réflexions sur “3- Dénoncer les travers de la société Le Pamphlet : une violente satire Citations d’œuvres célèbres du XVIIIe au XXIe siècle

  1. Merci pour cette anthologie de la révolte inspirée : verbe haut et hauteur de vue. Je ferai écho à mon tour à certains de ces cris de l’intelligence. Mais il n’est pire sourd…
    Plus généralement merci pour le partage de vos travaux qui contribuent à m’inspirer.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.