3- Se raconter. Un monde en guerre S. JAPRISOT Un Long Dimanche de fiançailles (1991) LEXIQUE du roman (pages 103 à 217)

(Suite de l’article précédent)

Page 106
Un radical, être radical (en 1919) : un de ceux qui appartiennent au parti radical, qui en soutiennent les idées. Radicalisme : Doctrine de ceux qui revendiquent l’héritage de 1789, marquée en particulier par l’anticléricalisme et la défense du suffrage universel.

Page 109
ma vergogne : pour ne pas me faire honte.

Page 114
Belle-de-Mai, etc. : Quartiers de Marseille.

Marseille « Un marchand » carte postale ancienne.

Page 116
contrit : qui se repent, qui regrette ses fautes, ses péchés.

Page 118
sa gigolette : sa maîtresse, son amante.121, grimasouriant : Néologisme, « mot valise », en faisant à la fois une grimace et un sourire.

Page 122
se faire chanter Manon : se faire disputer par quelqu’un.

Page 129
mythomane : une personne qui invente des histoires, un menteur.

Emile Métral et des soldats du 107e Rgt d’Infanterie territoriale en décembre 1914 ; la photo montre le numéro en chiffres blancs au collet (Doc. Michelle Filippin, Passy)

Page 131
des besicles : des lunettes.

Page 133
un briscard : Soldat chevronné qui porte des brisques*; soldat qui a de nombreuses années de service à son actif.

Page 138
blaguasse : subjonctif imparfait du verbe blaguer, qui devrait être employé au présent (? au lieu de blague / blaguât ?)

Page 160
du gros Q : Le « tabac de cantine » dont la coupe grossière nécessite un tri méticuleux avant consommation, est surnommé « perlot » ou « gros Q ». Source

Paquet de tabac (1914-1918)

Page 161
les Porridges : les Anglais.

Page 168
vaguemestre : Sous-officier ou officier marinier chargé du service de la poste dans un régiment ou dans un établissement militaire marinier ou un navire de guerre

Page 179
casse-pipe : occasion où l’on risque sa vie, combat.

Page 187
posthume : qui concerne l’après-mort de quelqu’un.

Page 191
la trôle : Sorte de marché auquel se livraient les petits fabricants de meubles en chambre, qui allaient de boutique en boutique écouler leur travail chez les marchands de meubles du faubourg Saint-Antoine

Page 196
une manille :  Jeu de cartes où le dix et l’as sont les cartes maîtresses. ; un paquet de perlot : tabac (argot)

Page 198
ses musettes : sacs en toile.

(à suivre…)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.