5- Imaginer des mondes nouveaux F. PLACE Le Pays des Frissons (1996) Présentation détaillée de L’Atlas des Géographes d’Orbae

Voici, pour vous mettre en appétit de lecture, des présentations de chacun des récits qui composent le premier tome de cet extraordinaire ensemble de contes, récits d’aventures, qui tissés ensemble forment l’Atlas des Géographes d’Orbae.

Pays des Amazones

Le jeune joueur de luth Euphonos [dont le nom signifie Le beau son] quitte son village ; c’est un jeune homme accablé par son mutisme. Il arrive dans une ville dans laquelle un vieux barde, tout en s’accompagnant d’un luth ancien, raconte l’histoire des Amazones. Ces cavalières hors pair jalousées par le roi des Saganaxes l’affrontent en combat et exterminent son armée dans la Forêt écarlate. Dix ans plus tard, celui-ci revient avec une armée plus aguerrie et précédée de sorciers : les Seigneurs du lieu de L’Effroi. Pendant trois jours et trois nuits, les Amazones se défendent mais sont exterminées. Sept survivantes qui donneront naissance aux sept tribus quittent le lieu désolé, l’herbe brûlée par le gel. Mais leur chant, le chant de l’éveil, fait renaître à volonté la forme de leur pays à mesure qu’elles se déplacent.  Le vieillard se tait ; bientôt c’est le jour du marché où les Amazones viennent vendre les peaux des bêtes qu’elles ont abattues. Et quand Euphonos, qui n’a rien à dire ni à échanger, se met à jouer, elles font connaître leur chant merveilleux pour l’accompagner. Il ne regrette plus d’être muet.

Donner une des caractéristiques narratives essentielle des contes présente dans ce récit.

François PLACE Atlas des Géographes d'Orbae Pays des Amazones
François PLACE Atlas des Géographes d’Orbae Pays des Amazones (1996)

Pays de Bailabaïkal

Trois-Coeurs-de-Pierre, un nouveau-né aux yeux vairons, ce qui est perçu comme “un signe”, est donné au chaman dont il devient le disciple. Quand il atteint sa quinzième année, Trois-Coeurs-de-Pierre peut endosser le manteau-trois-peaux dont les peaux de renard, de saumon et de corbeau vivent encore de toute leur violence et de toutes leurs différences, torturant celui qui le porte. À la mort de son maître, Trois-Coeurs-de-Pierre devient chaman. Quand celui-ci atteint son vieil âge, deux jeunes gens viennent le chercher en raison de la venue d’un homme étrange aux pieds marqués et crevassés par la peau du monde qui les inquiète. Après plusieurs jours de marche, ils arrivent au village et le chaman voit l’homme étranger tenir entre ses mains un objet sacré, lui aussi composé de cuir, de colle de poisson et de feuillets si légers qu’ils semblent voler. L’étranger conte longtemps longtemps… Mais le chaman ne comprend pas l’attention et le respect de la tribu pour ces paroles enfermées dans un livre quand les siennes sont libres et leur dit de suivre encore sa voie. Mais quand l’étranger relève sa sombre capuche, ses deux yeux, vairons eux aussi, montrent sa force et le chaman se défait de son manteau…

Ce récit est-il fantastique ?

Golfe de Candaâ 

la cité de Candaâ, la Perle des Sept mers, a tant de comptoirs sur les océans qu’elle a mérité le titre d’Epouse du monde. Le golfe de candaâ accueille chaque année en avril de nombreux navires, c’est l’arrivée de la Grande Armada des Épices On y fait la fête en dégustant le pain des vieillards. Cette année-là, la jeune Ziyara, fille du chef du village, qui rêve de l’océan, et son père se rendent au village pour y vendre la plus fine farine et un miel roux de leur meilleure récolte. Ceux-ci se promènent dans la ville et dans le jardin des plantes où figurent de nombreux animaux exotiques du monde d’Orbae. Le pain des vieillards est un immense pain d’épices fait avec la farine et le miel des provinces et les précieuses aux épices venues des confins de la mer océane, un pain dont le levain est centenaire, un pain au goût de terre et d’embruns, qui fait rêver (p. 47).  Ziyara découvre, en y mordant, un talisman, un morceau d’Ivoire en forme de dauphin. Par ce talisman, qui s’anime lorsqu’elle le montre, elle devient Grand Capitaine des mers Océane de la cité de Candaâ. La jeune fille apprend alors, pendant dix ans, à lire et à tracer des cartes, reconnaître les constellations et à se servir des instruments de navigation… Elle s’exerce aussi à commander les marins.

De quoi le Pain des Vieillards peut-il être la métaphore (l’image) ?

François PLACE Atlas des Géographes d'Orbae Golfe de Candaâ
François PLACE Atlas des Géographes d’Orbae Golfe de Candaâ (1996)

Désert des tambours

Dans le désert, sur la piste, hommes et bêtes, dont les oiseaux longue-marche, avancent au son de la rumeur des tambours venant des Montagnes de fer. Ils sont guidés par Shakâr qui connaît les pièges du désert, dont les sables mouvants. Ils sont rejoints par une autre tribu qui va également s’incliner devant les Montagnes de fer. Au sable succède un désert caillouteux. S’est joint à une des caravanes le potier Tolkalk, un ancien guerrier, déguisé en nomade, dont le village a été attaqué par les nomades et la fille Eidelil enlevée. Il connaît la légende des Montagnes de fer, dont les roulement de tambour réclament chaque année aux Khans du désert le sacrifice de neuf jeunes braves choisis parmi leur fils. Le jour du sacrifice, les khans marient leur fils à neuf princesses enlevées aux marches du désert, avant de les sacrifier à la Montagne. Tolkalk est reconnu par un vieillard comme l’étranger annoncé dans le récit des ancêtres, un vaillant guerrier qui a affronté Les chevaliers de Kora Kar, et marché à la tête de trois cents cavalier du pays des Xi-Ling… Celui-ci obtient le droit d’affronter la Montagne : il façonne alors, avec de la fine poussière du désert et du sang de taureau, neufs guerriers de pierre qu’il porte ensuite avec lui un à un pour les offrir au Seigneur sous la montagne. À chaque voyage, il manque de se joindre à l’appel de l’armée des dix mille guerriers de la montagne, tant celle-ci raisonne avec ses anciens souvenirs. Mais il reste fort. Après son offrande, les portes de la montagne se referment. Et Tolkalk peut libérer sa fille.

Chercher d’autres contes dans lesquels des simulacres (apparences qui se donnent pour réalités) sauvent le héros ?

Montagne d’Esmeralda

L’Empire des Cinq Cités vit dans la paix et l’abondance, à l’ombre verte des montagnes, mais les Sages rêvent de guerriers à barbe rouge qui veulent attaquer leur monde florissant. Une ambassade conduite par Itilalmatulac est envoyée pour connaître leurs intentions. À son retour, celui-ci fait ce discours : Pour arriver à ses hommes il a traversé des royaumes amis, parfois dû affronter des peuples guerriers, comme les guerriers-jaguars. Puis l’ambassade est arrivée à la montagne d’Esmeralda pour rencontrer les guerriers à barbe rouge, les Seigneurs du métal. Ceux-ci ont été affolés par la vue des bracelets et des colliers d’or sur les compagnons de Itilalmatulac. Après le banquet, celui-ci a pu, grâce à des herbes magiques, visiter les rêves de ces étrangers et découvrir leur monde séparé du leur par un fleuve immense, monde avec une saison froide et grise, des fouilles de la terre avec des haches tirées par les animaux, des tables se déplaçant sur des disques semblables à la lune… Et surtout leur fièvre de l’or. Avant de partir, Itilalmatulac a rassemblé ces guerriers sur un radeau et les a renvoyés très loin du monde du jade, de la plume et de l’or pour que s’efface à jamais de leur mémoire, le chemin vers cette terre heureuse.

Ce récit est-il fantastique ?

François PLACE Atlas des Géographes d’Orbae La Montagne d’Esmeralda (1996)

Pays des Frissons

Nangajiik raconte comment il a tué sa première baleine, grâce à son frère sous les eaux, qui l’a aidé ; il se souvient aussi de la lutte de son père contre un grand ours et du chien qui l’a sauvé. Il raconte ensuite les préparatifs de la Longue Nuit pendant laquelle les hommes et les chiens s’enferment dans la chambre du sommeil.

Voir le questionnaire de lecture 

François PLACE Atlas des Géographes d’Orbae Pays des Frissons (1996)

Île des Géants

John Macselkirk a quinze ans, ce 14 juin 1751, orphelin de ses deux parents et ayant perdu son grand-père un an auparavant, il se promène tristement sur le petit domaine dont il est le laird. En rapportant un coq de bruyère qu’il a tiré, son chien Black lui dévoile l’entrée d’un souterrain commençant sous un petit dolmen de ses terres. Intrigué, le jeune homme revient pour explorer le passage qui s’ouvre là, malgré la crainte violente qu’éprouve son chien. Au bout d’un tunnel sous terre, il débouche sur un autre monde, fait de paysages enchevêtrés avec des bruits de torrent et de vagues. John retourne plusieurs fois dans ce monde jusqu’à décider d’y passer plusieurs jours. Une fois là, il explore cette île qui se trouve avoir la forme d’un G. Ce qui lui rappelle un récit de son grand-père ayant fait naufrage et ayant pu être sauvé par l’abri d’une île de même forme, île que d’autres marins disent avoir connue mais dans d’autres océans. Le jeune homme poursuit son exploration en se nourrissant de pingouin ou de tortue de mer. Poursuivant son exploration, il arrive dans un champ de statues géantes, entières ou en fragments, tournées face au rivage. Il ressent un réel apaisement au pied de ces statues, ce qui est rare dans son exploration difficile. Avisant, sur la poitrine creusée d’un des géants, un galet au cœur incandescent pris dans une roche, il frappe la pierre grise pour faire émerger le galet doré. Mais ce faisant, le monde de l’île se met à trembler sous la violence d’une tempête effroyable. Poursuivi par des ombres, blessé par des branches, il s’enfuit et parvient à revenir dans son monde où l’attend Black.  Après quelques jours de repos, venu sur la tombe de son grand-père, il y découvre une pierre de foudre, au moment où il se sent un cœur neuf et fort.

Un voyage vers l’autre monde, est-ce un conte ou un récit d’exploration ?

Pays des Houngalils

Dans les monts Houngürs souffle parfois l’Huluzül, un vent si âcre qu’il brûle la peau des hommes et rend malade les animaux. Dans ses monts qui forment une chaîne entre le pays de Jade et les montagnes de la Mandragore, vivent les Houngalils, des cavaliers seigneurs-brigands. Le médecin Albinus alors qu’il herborise, un jour, paisiblement est enlevé par l’un d’eux, le seigneur Sordogaî. Après un accueil chaleureux et un banquet rustique et savoureux, le seigneur confie au médecin l’objet de son enlèvement : il doit faire en sorte que la princesse enlevée, et rebelle, tombe amoureuse du seigneur. Mais celle-ci, que le médecin rencontre le lendemain, trouve ces seigneurs-brigands grossiers, rustres, dans tout ce qu’ils sont et dans tout ce qu’ils ont. Albinus essaie pourtant de faire valoir que ces usages barbares cachent un cœur sensible et sincère, alors que, dans le pays de la princesse, les mariages sont arrangés et les jeunes filles sans liberté. Un jour que la princesse assiste à un merveilleux concert donné par un homme faisant chanter un oiseau en cage de concert avec lui, elle demande au seigneur, très ému, de libérer l’oiseau. Ce qu’il fait, puis il rend à la princesse sa liberté. Mais celle-ci ne veut pas se rendre au pays de Jade où l’empereur l’attend, comme fiancée, car chacun est indifférent à son sort. Elle suit pendant plusieurs années Albinus en tant qu’apprentie médecin, herborisant dans les montagnes et soignant les malades. Jusqu’au jour où elle se retrouve face au seigneur Sordogaï, atteint du mal écarlate, la peau brûlée par le soleil et le vent, et qui chasse la nuit dans le silence. Elle lui dit alors qu’à son tour elle l’enlève… Albinus a ainsi pu tenir sa promesse en unissant ces deux personnages. 

Chercher d’autres contes qui réunissent ainsi des êtres
que rien ne semblait pouvoir rapprocher. 

François PLACE Atlas des Géographes d’Orbae Îles Indigo (1996)

Îles Indigo

Le jeune Cornélius, un marchand d’étoffe, a acheté six ballots qui contiennent une étrange toile à nuage sans savoir ce qu’il pourra en faire. Lors d’une halte dans une auberge, au bout d’un village désolé, « aux îles Indigo », il interroge un vieillard sur un tableau dans lequel une montagne conique et bleutée, s’élevant à l’horizon, suscite sa curiosité.  Celui-ci lui raconte son histoire, comment il a été chassé d’Orbae en raison de son incapacité à situer cette montagne sur une carte. La montagne forme le point du i, de couleur indigo, que dessinent des montagnes semblables à des îles émergeant au milieu d’une vaste plaine. Lui-même et deux compagnons explorateurs ont essayé de localiser cette sorte d’île fuyante, qui échappe à tout relevé topographique. Elle est le lieu vers lequel les gens de ce pays conduisent les cendres de leurs morts pour les y enterrer, là où meurt le buffle de tête qui tire le lourd chariot funéraire ; tout en semant, au retour de la cérémonie, des graines de fleurs qui parsèment la plaine de traînées de couleur multicolores. L’un des explorateurs est devenu aveugle à force de regarder ce  lieu insaisissable, un autre est devenu fou à vouloir calculer l’espace entre le regard des gens et ce point de mire inaccessible. Quant à Anatole Brazadim, le conteur, il a failli perdre la vie en s’élançant, en vain, avec une machine volante en direction de ce pic bleuté. Intrigué par ce récit, Cornélius revient quelques jours après avoir quitté l’auberge mais celui-ci a disparu, il est reparti, semble-t-il, dans sa quête, lui laissant le Mémoire sur les îles Indigo qui raconte la fabrication de la fameuse toile à nuage dont il vient de faire l’acquisition. Et c’est ainsi que Cornélius se retrouve à la recherche des îles Indigo.

Chercher d’autres contes qui traitent aussi de la mort (annonciateur de la mort, la mort comme personnage…) ou des funérailles
(Contes de Bretagne, Avalon, Contes de Chine, du Japon…)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.